La maternité, ça change la vie.

C’est ce qu’on n’arrête pas de nous dire depuis toujours.

Cette année, pour mes vacances, pas question de me laisser gouverner par ces chères petites têtes blondes !

Parents, reprenez le pouvoir, cette année, les vacances, ca sera VOS VACANCES ! (Enfin… Presque !)

Libérés, délivrés, de super vacances, vous allez passer !

 

vacances avant apres

Cette année, promis, je pense à MOI !

 

A mon bien-être, à mes envies, mes loisirs, pour être en pleine forme à la reprise du travail. Oui, parce que souvent, quand on a des enfants, le mot « vacances » n’a pas forcément la même définition qu’avant…

 

En effet, les mois de Juillet-Aout, avec des petits, ce n’est pas de tout repos, la preuve :

  • Ils n’ont pas d’horloge interne leur signifiant qu’en vacances, on doit faire une grasse mat jusqu’à au moins 10h le matin. Ca devrait être de série, et pas qu’en option !
  • Ils n’ont pas de bouton « veille », comme nous. Personnellement, je pourrais flemmarder au soleil sur un transat, avec une boisson bien fraiche pendant des heures ! Eux, sur un transat, c’est balançoire, rigolade et surtout…
  • Ils n’ont pas du tout l’intention de se reposer, au contraire, si pour nous vacances = réflexion, pour eux, vacances = action !
  • Ils ne sont jamais fatigués après une grosse journée, alors que nous, on a mal partout et on a qu’une envie, s’affaler sur notre lit !
  • Ils en profitent pour tester nos limites. Bah oui, avoir maman 24/24 avec nous, ça se fête ! (avec des rouleaux de papier toilettes dans la cuvette, des écritures sur les murs, des parterres de fleurs dévastés, à croire qu’ils doivent remplir le guiness book des bêtises en 2 mois top chrono…)
  • Ils adorent les vacances, et ne veulent jamais qu’elles se finissent (alors que nous, on est tellement contents de les voir retourner à l’école qu’on vénèrerait presque les maitresses !).

 

 

En matière de vacances, nous ne sommes pas tous égaux :

Il y a ceux qui ont des enfants, et qui s’adaptent à la situation (je traduis : qui orgaisent leurs vacances en fonction des enfants : zoos, aquariums etc) et ceux qui n’ont pas d’enfants et qui font totalement tout ce qu’ils désirent !).

 

Quand je vois mes amis qui n’ont pas encore d’enfant, parfois, je les envie…

Vacances en sac-à-dos, grasses mat, apéros tardifs, bref, j’ai l’impression qu’ils passent leur temps à profiter et à se la couler douce.

 

Tenez, l’année dernière, ma copine est partie faire un tour du monde, ma meilleure amie voulait que je vienne avec elle en fiesta à Ibiza, je n’ai pu lui répondre que « tu comprends, avec les enfants, je n’ai que 2 semaines de vacances, désolée, une prochaine fois, hein ? », bref, j’ai regardé ses photos de vacances avec l’envie de les déchirer tellement elles étaient parfaites ! Et cette année, un pote vient de nous annoncer qu’il partait en Sardaigne, qu’ils avaient loué une villa à 400m de la plage, qu’ils n’allaient pas dormir de la semaine et que « Y’a de la place, vous pouvez venir si vous voulez ! » (Mais oui, et les enfants, je les case chez papi-mamie. Dans mes rêves.)!

Non, je ne suis pas jalouse, je suis nostalgique !

 

Mais après tout… Ce n’est pas parce qu’on a des enfants que l’on doit s’adapter à 100% à nos enfants !

Il n’y a pas de raison pour passer des vacances moyennes juste parce qu’on a des gosses, mettons nous ça dans la tête !

 

Alors, cette années, je prends des bonnes résolutions et j’ose des vacances de rêve !

(Ca, c’est ce que je crois bien sûr !)

Comme avant , quand je n’avais pas d’enfants…

 

Car, vous le savez, les vacances en famille riment parfois avec désillusion… Non, je ne suis pas pessimiste, et j’adore être avec ma famille, mais entre ce qu’on espère et ce qu’on vit, il y parfois tout un monde…

 

Tenez, par exemple :

J’espère partir dans une petite maison tout confort avec piscine privée et farniente, j’atterris dans un camping spécial famille avec piscine collective chauffée au pipi d’enfants et avec des activités dès 9h du mat !

J’espère voyager léger, façon roots, un sac à dos sur le dos, vivre au jour le jour d’amour et de mojitos frais et je me retrouve avec 34 valises pleines à craquer, remplies de « au cas où », « si jamais » et « en cas de » et une glacière remplie de jus de fruits animaux!

J’espère rouler d’une traite, avaler les kilomètres pour arriver vite à destination, mais en fait, on s’arrête toutes les 30 minutes pour faire pipi, mettre un pansement, changer de thsirt ou donner le sac à vomi… (Glamour toujours !)

J’espère m’octroyer de bons petits apéros au bord de l’eau, regarder le coucher du soleil et en fait je prends un jus d’orange à 18h30 et je regarde le coucher des enfants dans le bungalow de l’allée des coquelicots !

J’espère pouvoir faire des siestes crapuleuses avec mon chéri, je me retrouve à essayer de faire la sieste avec des crapules de 4 et 6 ans!

J’espère goûter aux spécialités locales dans un bon petit restaurant typique de la région, je me retrouve à finir les assiettes « nuggets-frites » que les enfants auront à peine touché !

J’espère bouger mon corps sur le dancefloor du Macumba Club, en réalité je bouge mon popotin à la soirée disco du camping en compagnie d’une tripotée d’enfants surecxités et des retraités trop contents de retrouver leur jeunesse !

J’espère parfaire mon bronzage en faisant la crêpe sur le sable, je me retrouve à parfaire ma voix en hurlant comme une poissonnière à l’autre bout de la plage!

J’espère me promener, le soir, les cheveux au vent, les pieds dans l’eau, main dans la main avec mon amoureux, et je finis à moitié trempée à courir après la petite dernière qui n’a pas compris la différence entre « pieds dans l’eau » et « baignade intégrale » !

J’espère avoir du temps pour me retrouver, lire un livre, boire un café tranquille, mais les bonnes habitudes ne nous lâchent pas et me voilà en train d’organiser la journée du lendemain, plier les vêtements, lire des contes pour enfant, jouer au cheval avec les gosses et me casser le dos par la même occasion !

 

Non, mais quand même, il paraît que l’espoir fait vivre…

A ce tarif là , je vais finir centenaire !

 

 

vacances quand

 

Dites, c’est quand, les vraies vacances ?

 

Et vous, quoi de prévu cet été?

PS: On part faire le tour de France de visites chez les copains! Ca va être fatiguant mais qu’est ce qu’on va kiffer!!

 

 

 

 

((Chronique écrite pour le magazine Baby&Cie))

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

allomamandodo

4 comments on “Vacances : Ce que j’espère VS ce que je vais vivre”

  1. C’est tellement ça ! Pour nous le plus important sur notre lieu de vacances c’est la possibilité d’un service de baby-sitting. Ou alors une masse d’activité pour les occuper.

    Quand je vois les copines partir, je me sens vieille. Et quand je leur dis alors qu’elles ont le même âge que moi, elles prennent la mouche ;)w

  2. Nous on part 3 semaines en Espagne dans le village de mes parents (on s’entend très bien) donc pour les baby-sitters on est bon! Pour les activités, il y aura la piscine, le poulailler de la voisine, le potager de l’arrière-grand-père, des pics-niques autour d’un lac, la pêche avec papa… tout ça en gérant 3 monstres de 6, 2 et 1 ans! Ça va être sportif alors bon courage à tous les parents

  3. Cet article sonne terriblement vrai!
    Ici, deux solutions: partir en amoureux, mais il faut avoir les moyens financiers et logistiques pour le faire. Et n’avoir AUCUNE, mais je dis bien AUCUNE ambition pour les vacances familiales. Une glace par-ci, une baignade par-là et c’est plié. Au moins, en ayant aucune attente, on n’est pas déçu 😉

  4. Nous on part deux semaines a Menton avec trois terreurs de 9 ans et demi, 8 ans et 4 ans en août. Je suis déjà épuisée rien que d’y penser. Bonnes vacances

Laisse un commentaire!