Allo Maman Dodo

Dis, pourquoi tu pleures?

Pourquoi tu pleures maman?

Pour rien, ma chérie, j’ai un peu mal à la tête. Finis ton repas, c’est bientôt l’heure de dormir. Demain, y’a école, il ne faut pas tarder. Et puis, j’ai besoin de me reposer. Papa? Il est parti voir les copains. Non, non, pour rien, juste comme ça, ne t’inquiètes pas. Il reviendra te faire un bisou ce soir.

 

 

Pourquoi tu pleures maman?

Parce que tu pleures ma chérie. Parce que maintenant, tu sais. Qu’il ne sera plus là, que tu ne le verras plus jamais. Parce que c’est la première fois qu’un drame comme celui-ci arrive. Parce que tu n’as plus de parrain. Parce que te voir hurler de malheur me désespère, parce que je ne peux rien faire pour apaiser ta peine.

 

Pourquoi tu pleures maman?

Parce que je n’arrive pas à y croire. Mais qu’il faut avancer. Organiser la cérémonie, choisir les musiques, repenser à tous ces moments passés ensemble, parce qu’il y en a eu… Parce qu’il faut prévenir tout le monde, parce qu’il faut choisir une plaque, parce qu’il faut essayer de réaliser qu’il fait désormais partie de nos souvenirs.

 

Pourquoi tu pleures maman?

Parce que cet été, on ne partira pas en vacances. C’est trop dur de faire comme si rien ne s’était passé. Parce que ça faisait 3 ans qu’il partageait nos vacances et qu’on n’imagine pas organiser un séjour sans lui. Parce qu’il nous manque. Parce que plus rien ne sera comme avant.

 

Pourquoi tu pleures maman?

Parce que papa pleure. Parce qu’il est inconsolable. Parce que c’était son plus vieil ami, son meilleur ami. Parce que même si pour certains la douleur s’apaise, on a du mal à voir le bout du tunnel ici. Mais je te le promets, papa et maman vont de moins en moins pleurer. 

 

Pourquoi tu pleures maman?

Parce qu’on est dimanche soir. Et qu’en général, le dimanche soir, il était avec nous. Il venait regarder E=M6, et que désormais, on le regardera sans lui, sans faire de blague, sans mettre le doute sur les théories de Mac Lesggy. Parce qu’on ne le verra plus jamais débarquer à la maison sans prévenir, ni même sonner. Parce qu’il était ici chez lui.

 

Pourquoi tu pleures maman?

Parce que c’est humain de pleurer. Et même toi, si tu pleures à l’école, ce n’est pas grave. J’ai prévenu la maitresse. Je pleure moins souvent, c’est déjà ça. Je bientôt, les larmes s’effaceront et les sourires viendront remplir notre coeur de bons souvenirs.

 

Pourquoi tu pleures maman?

Je pleure de joie, ma chérie. Parce que vous me donnez la force de relever la tête. Parce que si vous n’étiez pas là, on serait encore roulés en boule dans notre lit, mais qu’avec vous, on trouve chaque jour de la force pour aller de l’avant. Je pleure car même si la douleur est forte, ce drame nous a encore plus unis et rapprochés, et fait comprendre que la vie est fragile, et qu’il faut tout faire pour en profiter…

 

PtitePomme et son parrain qui écoutaient la musique ensemble…

allomamandodo

42 comments on “Dis, pourquoi tu pleures?”

  1. C’est poignant… J’en ai la gorge serré…. Courage à vous, la famille unis que vous formée vous aidera à surmonter cette dure épreuve, je pense à vous, soyez fort.

  2. c’est exactement ça toutes mes condoléances nous ça fait un mois qu’on a perdu Beau Papa tous les jours c’est une dechirance, ❤❤❤❤

  3. Une larme coule le long de ma joue en lisant tes qq mots. Souvenirs bien difficiles à avaler et je n’imagine pas la douleurs des enfants à essayer d’apaiser
    Bon courage les 1eres fois sont difficiles puis on apprend à vivre avec. Gros bisous

  4. Pleins de choudoudoux, d’amour et de force! Je sais que les mots ne sont que des mots et difficiles de trouver les bons pour enlever un peu de peine même l’espace d’une seconde.

  5. Que ce texte est bEau c’est un très bel hommage à ce parrain partit Bcp trop tôt !

    Alors pleurer c’est pas grave parce que ça prouve qu’on l’a aimé cettte personne, qu’elle nous a marqué et qu’elle est à jamais dans notre cœur

    Plein de courage à vs 4

  6. Bonjour,

    Il n’y a pas que les premières fois qui sont difficiles.
    Le temps n’apaise pas forcément.
    Tout cela, ce sont de grands principes, de belles phrases qu’on se prend en pleine figure mais qui n’estompent pas la douleur.
    Plus le temps passe et plus ma fille (décédée à l’âge de 8 ans d’une cérébellite fulminante, non diagnostiquée par le médecin qui a mal interprété son IRM cérébral puisque que la maladie était visible) me manque. Elle a rejoint les étoiles en août 2016. Ce Noël, sans sa présence physique au milieu de nous, a été encore plus douloureux que le précédent.
    Il faut faire comme si tout allait bien, notamment avec ma belle-famille qui me pourrit la vie et attend que je fasse un pas de travers pour me faire interner, comme ils l’ont fait pour ma belle-sœur, ce qui a conduit cette dernière à quitter le foyer familial avec ses deux fils pour échapper à l’hôpital psychiatrique…
    Je me dois d’afficher une « bonne tête » dans les repas de famille où je n’arrive pas à m’habituer que nous ne sommes plus « que quatre ». D’ailleurs, il m’arrive encore de compter ma fille en dressant la table…
    La douleur reste. Il faut apprendre à la gérer, à l’apprivoiser. Le manque est plus ou moins cruel selon les événements…
    Alors, je vous souhaite beaucoup de courage parce que je sais qu’il en faut des tonnes.

    Sincères condoléances.

    • Que dire… Je ne peux même pas imaginer le dixième de la peine que tu dois ressentir chaque jour… La vie est tellement injuste parfois. Je t’embrasse fort <3

  7. Touchant… tellement ça… les gens que l’on aime partent toujours trop tot ,encore plus dans votre cas, courage à vous et merci d’avoir partagé malgré la douleur

Laisse un commentaire!

%d blogueurs aiment cette page :