Coucou!

Depuis longtemps j’ai envie d’écrire cet article. En tant qu’influenceuse (oui ce mot berk!), j’ai la chance d’avoir une “exposition” au niveaux des réseaux sociaux, et lorsque je partage un moment de vie, positif ou négatif, vous êtes nombreux à y répondre.

Pour ma petite Isaline, on a eu pas mal de moments difficile dès son 1er mois.

A 15 jours, les pleurs sont apparus, de plus en plus nombreux.

A quoi avons nous vu qu’elle souffrait de RGO?

(reflux gastro-oesophagien)

Voici les symptômes qu’elle nous a montré:

  • Elle se tortillait
  • Elle tendait ses jambes au max
  • Elle avait le ventre gonflé
  • Elle avait des gaz
  • Elle mâchonnait de la bouche
  • On voyait que le lait remontait dans sa gorge, et elle ravalait. Quasi tout le temps.
  • Elle vomissait aussi. Souvent. Peu ou beaucoup.
  • Elle avait parfois des haut-le coeur
  • Des rots douloureux, longs à venir…
  • Elle pleurait souvent à la déglutition
  • Elle dormait mal, avait des reflux pendant son sommeil
  • Elle était constamment sur les nerfs, jamais reposée, jamais zen.

.

.

Voir cette publication sur Instagram

Voila mes nuits en ce moment… Y’a des parents qui ont la chance d’avoir des bébés dormeurs, qui font rapidement leur nuit, Moi, fais partie de l’autre clan Celui des nuits difficiles, Des pleurs, des cris, Des gaz, reflux, remontées acides Des tiraillements de douleur dans le ventre, De l’emmaillotage plus ou moins convainquant, De la station verticale pour évacuer le potentiel rot, Du tapotement de dos pour soulager, De la bouillotte sur le bidou, Des gels et autres traitements qu’on essaye à tâtons… Des 2h de sommeil d’affilée rarement atteint… De l’épuisement et de l’impuissance face à tout cela… Des tisanes fenouil, évictions des produits laitiers et boissons gazeuses, Du craquage jusqu’à penser à céder d’allaiter pour la soulager, Du frôlement du Babyblues… à moins que je sois en plein dedans? En fait, je ne sais même plus, je dors 4 à 5h par nuit en 3 fois et du coup je n’arrive plus à réfléchir ou à ressentir autre chose que de la tristesse, parce que voir son bébé souffrir c’est pire que tout. Et qu’on se sent nulle. Inutile. Même si on sait que c’est faux. Post décousu du soir… je suis au lit, Isaline a l’air de s’endormir, je vais donc immédiatement me coucher! #OnVaYArriver #LaVraieVie (Je pense aux parents qui ont encore moins de chance que moi avec des bébés en santé fragile, je vous envoi le peu de courage qu’il me reste!) #levraiquotidiendunemaman #monpostpartum

Une publication partagée par Valérie Lavallé 🌸 (@allomamandodo) le

.

.

Grâce à vous, des milliers de réponses, parfois (souvent) les mêmes conseils, mais aussi beaucoup de gentils mots, tout cela m’a VRAIMENT aidé, car je me sentais moins seule, je savais que vous pensiez à moi le matin, en allant voir mes stories. Bref, j’ai été FORT SOUTENUE et je pense que c’est grâce à ça que je n’ai pas basculé dans le burn out maternel et la pression post partum. Car elle est là, pas loin, elle guette la moindre fatigue, le moins moment où on baisse les bras pour s’immiscer au fond de notre tête et nous porte plus bas que terre.

.

.

Un bébé qui ne dort QUE sur maman, QUE en position verticale, un bébé qui ne supporte pas qu’on le pose...

.

.

Pourquoi moi?

Qu’est ce que je fais de mal?

Comment soulager bébé?

Pourquoi il vomi encore?

Pourquoi chez les autres, ça ne fait pas ça?

Comment on va s’en sortir?

Pouquoi bébé ne dort pas?

.

.

Voici les astuces, techniques, remèdes que j’ai testé pour apaiser sa souffrance, et les conséquences, s’il y en a eu:

  • Les probiotiques biogaia: J’en ai donné dès les 15 jours. J’ai changé de marque après. Un réel bienfait? Je ne sais pas, mais au moins, ça stimule et entretien sa flore intestinale donc ça ne peut pas lui faire de mal!
  • La tétine pour calmer son envie de succion: Elle refuse. J’en ai acheté des dizaines dont certaines à 9 euros l’unité. Silicone, caoutchouc, spéciale bébé allaité, que nenni… Mais ça fonctionne pour d’autres…
  • Retirer sa vitamine D Zyma. On a changé. apparemment beaucoup ont ce soucis, à la maternité on nous donne systématiquement celui-là car rembroursé, mais d’autres vitamines D font moins mal au ventre! (ex Pediakid)
  • Tirer son lait pour que bébé prenne mieux et sans air: J’en ai jeté des bib de lait que je venais de tirer, car elle refusait catégoriquement la tétine du biberon (elle refuse toujours d’ailleurs, à 6 mois!)
  • Emmaillotage: J’ai suivis vos conseils et j’ai acheté une couverture d’emmaillotage. Elle a hurlé car ça l’énervait de ne pas pouvoir bouger ses bras. 20 balles de foutus, lol! Mais ça fonctionne pour d’autres…
  • Station verticale: Oui, ça aide. On a donc surélevé le matelas, mais il a fallu la caler avec des boudins sous le draps house pour qu’elle ne glisse pas comme sur un toboggan!
  • Tapotements dans le dos: Pour évacuer le rot. Le rot qui arrive parfois 2H après les tétées… C’est long, c’est douroureux, alors on promène pendant 1h30, on arche dans la maison sans s’arrêter, on pleure en même temps que bébé. C’est sur mais une fois que le rot (et le vomi associé) est sorti, ça va mieux…
  • Vibrations dans le dos: J’avais un jouet de bébé qui vibrait, ça a aidé parfois pour le rot (oui, une maman américaine a utilisé un jouet “à elle” LOL apparemment ça marche aussi, posé contre le dos de bébé!!!)
  • Bouillotte sur le ventre: Pour apaiser le mal de ventre. Je ne sais pas si ça fonctionnait mais j’avais pris l’habitude de lui faire chauffer. J’avais pris la mienne ici chez maman naturelle. C’est toujours bien d’en avoir une, je l’ai aussi utilisée pour ma nuque.
  • Gel sur le ventre Pranarom: C’est une abonnée qui m’en a parlé et j’ai pris l’habitude de lui utiliser. Je ne sais pas si ça a vraiment aidé mais ça sent bon!!
  • Le windi… C’est un petit embout de la taille d’un thermomètre. Un cathéter qui laisse passer l’air et qui permet au bébé de “se vider”. C’est très très efficace, certes un peu intrusif (donc à ne faire qu’une fois max par jour selon moi et pendant une crise) mais bébé est vraiment apaisé. On entend un “pshit” qui montre que l’air est effectivement explosé tout en douceur. C’est étonnant mais j’ai testé et ça fonctionne contre les gaz!
  • Tisanes de fenouil: J’en ai bu des tonnes et QUEDAL, en plus c’est dégoutant… Bref pour moi, NON! Mais ça fonctionne pour d’autres…
  • Eviction des produits laitiers, car soupçon d’intolérance PLV: Alors là ça a été très compliqué. Sans sommeil pendant des mois, sans alcool, et là j’ai du supprimer le fromage, le lait, les quiches, bref, LA VIE QUOI! Ca a été très difficile d’autant plus qu’il faut attendre plusieurs jours pour voir le résultat. Résultat? Bof. Ce que je sais, c’est qu’après une raclette, c’était sûr que bébé allait avoir une crise de mal de ventre. Mais j’avoue, j’ai pas réussit à tenir à 100%… Mais ça fonctionne pour d’autres…
  • Eviction des boissons gazeuses: Pareil. J’ai repéré une petite interaction entre les moments où je vais gazeux et les gaz. Donc j’ai stoppé.
  • Ostéopathe: 2 séances ont aidé bébé à se détendre et j’avoue que ça a été un peu mieux. Il aurait fallu d’autres séances je pense…
  • Vérification du frein de langue: Et oui, le bébé peut avoir du mal à prendre le lait à cause d’un frein trop petit. Mais le pédiatre n’a rien vu de tel. Ouf.
  • Le portage: Oui, c’est sur, bébé est plus rassuré, mais je n’ai pas encore réussi à m’y habituer. Je la porte dans les bras mais rarement en écharpe… Et ça ne résout pas le mal en lui-même, ça apaise juste. Mais ça fonctionne pour d’autres…
  • Calmosine: En dosette, impec! J’ai vraiment remarqué un apaisement. Mais malheureusement c’est un sacré investissement à force…
  • Bébégaz: Oh oui, je pense que ça nous a bien aidé avec la calmosine! Mais encore un truc à prendre à la pipette, comme elle refusait le bib… Donc pas facile. Du fenouil directement pour bébé, ça m’arrangeait!
  • Julep gommeux: Apparemment c’est MIRACULEUX mais ma pharmacie a refusé de m’en faire (trop compliqué et trop vite périssable…). Bref j’ai lâché l’affaire, dommage… (Trop KO pour courir les pharmacies, c’est une préparation spécifique, avant 3 mois il me semble que le médecin doit faire une prescription, bref, galère!)
  • Massage du ventre: Un rituel que je pratique encore lorsque je vois qu’elle est constipée. Masser le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre, ça aide le transit!
  • Polysilane: L’équivalent d’un petit pois sur le bout du doigt, à faire téter à bébé. C’est un gel rose qui va couvrir la paroi oeusophagienne et empêcher le lait de trop remonter et faire mal. Efficace! J’ai vu la différence avec et sans. La nuit parfois je n’avais pas le réflexe de le donner avant…
  • Dodo sur le ventre: Un max AVEC moi, mais je n’ai jamais osé le faire la nuit. Je l’ai plusieurs fois installée sur le coussin d’allaitement… Elle était calée et bien!
  • Microkiné: Ma microkiné a réussit à lui retirer son torticolis et à apaiser son estomac enflammé. J’avais prévu d’y retourner car bébé avait accumulé plein de stress, de peur d’éloignement, de sentiment d’abandon, mais il y a eu le confinement…
  • Réflexologie plantaire: La aussi, la séance a fait du bien à bébé. Après, j’ai retrouvé un bébé zen et un grooooos caca! Chose rare à l’époque!
  • Magnétiseur: Oui, je vous ai dit, j’ai quasi TOUT essayé. Alors là, j’avoue, je suis pas trop convaincue. Après la séance, bébé était censée mieux dormir et je ne l’ai pas trop remarqué. Je pense qu’il aurait du faire la séance,ce SUR MOI, ça m’aurait beaucoup plus servi!
  • Et enfin, les choses sérieuses. L’Inexium. Pour moi, THE remède qui nous a sorti de 3 mois de galère. En 10 jours, un AUTRE BEBE! Souriant, apaisé. Alors, oui, c’est un réflexe à avoir, mais une demi dose en pipette, recommandé par le pédiatre, et tout est rentré dans l’ordre. Nous l’avons arrêté lorsqu’elle a commencé à manger à 4 mois et demi. Depuis, elle a toujours des reflux mais plus comme avant…

.

.

.

.

Voilà, j’espère avoir TOUT listé…

N’hésitez pas à faire part de vos conseils, astuces et à me dire ce qui a marché POUR VOUS, ça ne pourra qu’aider les parents cherchant conseils et tombant sur cet article!

.

.

Et un jour, une fois, ça y est, elle réussit à faire UNE NUIT (ok… 22h20=> 6h!)

Mais c’est quand même une grande victoire!) (On a su après que c’était dû à la fièvre… Mais bon, nuit quand même!)

.

Je viens par cet article souhaiter énormément de courage à tous les parents de bébé RGO…

.

C’est IMPOSSIBLE à comprendre quand on ne le vit pas, quand on entends pas les cris de douleurs atroce de son bébé, quand on ne voit pas un tel appel à l’aide dans leur yeux. On se sent impuissant, alors qu’on essaye par tous les moyens de l’apaiser, de l’aider, de le consoler.

C’est long, il n’y a pas vraiment de remède miracle, juste une association de choses qui aident et surtout le temps.

Le temps pour le corps de bébé de se mettre en route, le temps pour cette petite machine de fonctionner sans accroc… Le temps pour nous, parents, de comprendre comment bébé préfère dormir, perte porté, être apaisé.

C’est long, mais il faut tenir bon.

On me l’a souvent dit, je n’y croyais pas. 3 mois et demi, c’est TRES LONG.

Mais on voit le bout du tunnel. Et ça va mieux. Et bébé sourit, devient enfin une petite personne, pas une boule de souffrance.

Courage à vous et n’oubliez jamais qu’un nouveau né qui pleure, ce n’est pas un caprice, c’est sa façon de s’exprimer, de dire qu’il a mal, et que même s’il nous pète les oreilles, on doit être là pour eux. Toujours.

<3

allomamandodo

16 comments on “Bébé RGO: Tout ce qu’on a testé contre ses reflux”

  1. Bonjour
    J’ai l’impression de retourner 9 ans en arrière en vous lisant. ..personne ne semblait comprendre ce que je vivais à la naissance de ma fille jusqu’à ses 5 mois et demi. En plus emménagement dans ma maison font la construction s’est finie 2 semaines avant sa naissance. .. grande fatigue et pleurs… comme vous j’ai essayé le fenouil, l’ostéopathie le calmosine, etc sans succès. Gris bisous à vous 2 et après la mienne dormait sans cesse les après midi (mais moi j’avais repris le boulot sniff snif) sans arrêt elle a rattrapé le temp perdu…

  2. Bonsoir,

    Ici bébé 2 (mon petit César d’amour), est aussi un bébé RGO.
    Dès ces 15 jours, j’ai remarqué que quelque chose n’allait pas, que ses pleurs n’étaient pas ceux d’un bébé qui va bien.
    Pourtant autour de moi, tout le monde disait: « mais non ça va aller, c’est normal un bébé ça pleure ».
    Mais son papa et moi savions bien que non.

    Au départ nous avons cru, à un problème du à sa constipation. J’ai donc ouvert internet et lu tout ce qu’il était possible de faire. Les changements d’eaux, le portage, les massages… rien n’y a fait. Ça n’allait pas mieux.

    Un jour, j’ai vraiment trouvé César par en forme du tout. Un peu mou, contrarié, et pour finir un peu « ailleurs ». Il avait 29 jours, j’ai appelé tous les cabinets médicaux de la ville, mais personne n’a accepté de nous recevoir….
    Je suis donc allée aux urgences et la le verdict est tombé => œsophagite +++.
    Il avait fait un « malaise » à cause de la douleur de la brûlure. C’était brûlé de partout.
    Le médecin a donc prescrit du Gaviscon avant chaque biberon et un lait AR.
    Le Gaviscon l’a vraiment soulagé. Presque immédiatement.
    Mais après quelques jours, il ne voulait plus de ses bibs (sûrement car c’était bizarre pour lui de prendre le Gaviscon qui n’était pas du lait).
    Nous avons trouvé un nouveau médecin traitant et il nous a prescrit Inexium. LE miracle c’est enfin produit. Nous avons découvert de vrai visage de notre bébé. Un bébé qui ne souffre pas. C’était le bonheur.

    Il a aujourd’hui, 9 mois et demi et commençons tout juste à diminuer les doses. Malgré qu’il est commencé la diversification à 5 mois, le médecin nous avait conseillé de continuer.

    Je m’en suis longtemps voulu, car je me
    disais qui si j’avais allaiter cela ne se serait pas produit… sauf que cela n’a rien avoir.

    Voilà pour notre parcours RGO.
    Faites vous confiance, si vous pensez que votre bébé ne va pas bien, vous avez sûrement raison car vous êtes les personnes qui l’aimer le plus au monde

    • Ici aussi elle a eu une oesophagite (heureusement, pas aussi grave que chez toi). Mais on imagine bien la douleur… J’ai testé gaviscon bébé mais j’ai préféré polysilane 😀
      Merci pour ton témoignage qui va aider d’autres parents 🙂

  3. Bonjour

    Je commente rarement sur les blogs. Mais ayant vécu cette même situation, je ne peux m’empêcher de partager mon vécu.
    J’ai un petit bout de chou de 2 ans et demi. Il a commencé à avoir des comportements ressemblant à un RGO 1 mois après sa naissance :
    – Il donnait l’impression de mâcher tout le temps un chewing um
    – dormait très très peu : aucune sieste en journée et très courte nuit
    – la prise des biberons c’était la cata, il prenait une gorgée puis repoussait la tétine, puis en revoulait pour ensuite le repousser
    – il est devenu accro à la tutute en quelques jours
    – il avait tendance à se tendre en arrière quand on le prenait dans nos bras
    – les rots était très long à arriver et sentait l’acide
    – il regurgitait/vomissait souvent, jusqu’à utiliser l’ensemble de sa penderie (pyjamas, gigoteuse,…) en une journée,
    – il est arrivé qu’il y ai comme des paillettes de sang dans ses régurgitations
    – toux importantes en position coucher
    – et bien d’autres symptômes

    De 1 à 3 mois, ce fut un long parcours du combatant pour que le personnel soignant reconnaisse que c’était un RGO. J’ai fait fasse à de nombreux “un bébé ça vomit, c’est normal!”.
    – Consultation médécin -> c’est normal un bébé ça vomit
    – Consultation PMI -> Proposition de changer de lait, ça a été le désastre (paillettes de sang dans les régurgitations + vomissement +++) puis proposition d’utiliser un épaississant pour le lait, c’était une vraie galère à préparer pour un effet moindre
    – Consultation médecin à nouveau -> c’est normal un bébé ça vomit
    – Consultation d’une chiropratrice -> ça l’a apaisé sur le coup mais ça n’a malheureusement pas régler le problème

    A force de tester des choses, j’ai fini par ne plus trop savoir que faire, mon bébé souffrait, il commençait à avoir également des régurgitations par le nez. J’étais également au bout du rouleau : Fatigue, car je ne dormais plus la nuit, la moindre toux de mon bébé me faisait peur, j’avais peur qu’il s’étouffe vu qu’il régurgitait aussi la nuit, Impuissante et incomprise, car le personnel soignant ne semblait pas prendre au sérieux la souffrance de mon bébé.
    Je suis donc aller aux urgences pédiatriques, j’ai cru un moment que qu’on allait me tenir le même discours mais heureusement mon fils a voulu un biberon en plein pendant la consultation. Et là, ils ont pu voir comment ça se déroulait une prise de biberon et m’ont sorti : “c’est normal qu’il prend le biberon comme cela ?” “Et bien non! c’est pour cela que je viens vous voir! En plus des nombreuses régurgitations!”

    Il est resté une semaine dans le service pédiatrique et a été mis sous Inexium.
    Je suis rentrée avec un bébé complètement différent :
    – il a commencé à faire des siestes en journée, même si c’était uniquement dans mes bras
    – il s’est mis à sourire
    – il avait un visage beaucoup plus apaisé
    – il était moins tendu
    – il buvait comme un glouton, en une semaine on n’est passé des biberons de 90ml bu difficilement en entier à des biberons de150ml bu entièrement

    Je ne comprends toujours pas à l’heure actuelle pourquoi c’est si peu considéré. J’ai lu de nombreux témoignages de Maman qui ont vécu des situations semblables, pour qui ça a été le véritable parcours du combatant pour pouvoir apaiser leur bébé.

    Pour ce qui est des choses qui l’apaisait :
    – Tutute : la succion les apaise beaucoup m’avait expliqué une infirmière
    – Massage sur le ventre et l’ensemble du corps
    – Séance de chiropraxie
    – Calmosine : je ne sais pas si au final ça avait un véritable effet, mais il le prenait bien, par contre c’est vite un sacré coût
    – Portage en écharpe +++ : dés qu’on le mettait en portage, il s’endormait et se relâchait complétement. Nous le portions à tour de rôle quand c’était possible, le papa a travaillé parfois des après midi entière avec le petit bout en portage
    – Inexium : jusqu’à ses 15/16 mois environ, nous avons tenté de supprimer totalement vers 11/12 mois car nous avions bien diminué la dose, mais ça a fait revenir quelques symptômes au galop, il toussait énormément, ce qui provoqué des régurgitations à force et au bout de quelques jours il ne voulait plus que des biberons, puis ne voulait plus s’alimenter, donc nous avons repris l’Inexium
    – Lait AR : que nous avons poursuivi après l’arrêt de l’Inexium pendant quelques mois encore. A savoir que le lait AR pour certaines marques n’est que jusqu’à 12 mois, mais au vue de la faible différence de composition entre un lait AR deuxième age et un lait classique troisième âge notre pharmacienne et médecin nous avait indiqué qu’on pouvait le continuer
    – Dormir en plan incliné : Nous avions installer un coussin sous son matelas, et tout une système de calage via des petits coussins et drap en dessous du drap housse pour éviter l’effet toboggan. J’ai testé les plans incliné vendu en commerce, ce n’était pas suffisant. Il a dormi ainsi un bon moment, nous avons réduit au fur et à mesure l’inclinaison et avons supprimé totalement le coussin vers ses 18 mois.

    J’espère que ce pavé aidera des mamans dans la même situation. J’ai compris une chose avec cette expérience, c’est que nous sommes les mieux placés pour comprendre notre bébé. Quand on pense que quelques choses va mal pour lui, il ne faut rien lâcher.
    Faites vous confiance.

    • Merci pour ce retour! C’est très important de montrer qu’il faut faire confiance en son instinct et pas toujours en un seul vis pro!

  4. Bonjour
    J’ai vécu une situation similaire pour mon second il y a maintenant 9 mois…conclusions il faut s’écouter et se dire que c n’est pas grave de se tromper (d’ailleurs souvent on ne se trompe pas…)
    Le temps fait aussi beaucoup …mais c’est difficile à accepter quand on est fatiguée avec un sentiment d’impuissance ! J’ajouterai qu’il ne faut pas hésiter à se faire accompagner : j’ai souffert de dépression post-partum (pas que pour le reflux…) et cela m’a aidé de parler et de n’avoir un temps que pour moi, m’exprimer et extérioriser cette situation !
    Aujourd’hui il y a toujours un bout de dépression en moi mais bébé va bien…j’ai aussi appliqué une méthode d’endormissement et on a nos nuits depuis qu’il a 4 mois et demi…on m’avait prise pour une dingue mais tout le monde va mieux 😉 bon courage à tous les parents nouveaux ou pas qui passent par ces étapes !

  5. Je nous reconnais tellement dans cet article. Tout y est écris les nuits blanches les cris les pleurs les tetées galères les positions verticales. Nourrisson les seuls moments où notre loulou dormait c’était à la verticale calé contre notre ventre. Et nous beh on ne dormait pas. Le miracle également fut l inexium! Jusqu a ses 1 an me semble t il.
    #bébé RGO

  6. Bonjour ! J’ai également une fille de 1 mois et 7 jours qui souffre d’un RGO interne. Maintenant je trouve que c’est l’inverse, des qu’on prononce le mot RTO les médecins dégainent très très vite Inexium. Après de nombreuses lectures j’ai décidé d’attendre un peu de voir si en espaçant les tétées les choses s’amélioraient car j’ai vraiment peur de donner un médicament à un bébé de 1 mois qui cause des effets secondaires indésirables à des adultes… mais au final je la vois souffrir de plus en plus et je crois que je vais devoir passer par la case Inexium. Même si j’hésite à prendre sur moi au maximum et à attendre jusqu’à ses deux mois pour que son corps soit plus « mature ». D’un autre côté je veux pas que les remontées provoquent une œsophagite. Bref vous l’aurez compris je me torture l’esprit. Je ne sais que faire. Merci en tout cas pour vos témoignages !

  7. Bonjour, bébé RGO de deux mois et demi. Au bout de 3 semaines notre bébé cool c’est transformé en bébé « ronchon », il ne dormait quasiment plus la journée, faisait que de pleurer et la nuit s’écroulait de fatigue. S’agissant de mon premier enfant, je me suis beaucoup remise en question, sur mes capacités à être mère. J’en suis venue à me demander si je faisais les choses bien et si mon enfant m’aimait. Fort heureusement mon mari a toujours su trouver les bons mots pour me raisonner. Nous savions qu’un bébé ça pleurait, mais à ce point, nous n’étions plus dans la normalité mais avions bel et bien franchit la limite du pathologique. Au détour d’une conversation avec une amie qui a accouché d’une petite fille quelques mois plus tôt elle aussi diagnostiquée RGO je me rends compte que mon petit à tous les symptômes décrits : raclement de gorge, langue sortie, langue blanche de lait caillé, l’odeur permanente de vomis / acidité, les troubles du sommeil, les pleurs incessants, les gémissants, la respiration rapide et le refus de s’allonger… Nous décidons alors avec le médecin traitant de passer sur un lait infantile AR… les reflux ont un peu diminué mais les crises de coliques sont arrivées. D’une crise mineure par jour, les crises de coliques ont été incessantes et intenses, jusqu’au jour où le lait l’a constipé. Nous avons donc tout arrêté et tenté un lait AR + Digest mais là effet inverse, bébé faisait des selles abondantes après chaque biberon, à devoir le changer entièrement plusieurs fois par jour, avec crises de coliques. A ce jour, nous sommes donc revenus sur un lait classique, avec prise de Gaviscon en plus de toutes les mesures hygieno-dietetique recommandées. Il semble plus tranquille mais ce n’est pas encore ça. Nous avons gagné quelques heures de sommeil entrecoupées par des reflux et surtout des sourires après chaque biberon. Nous avons hâte de le voir grandir et de le voir apaisé. Ça déchire de voir son enfant souffrir. J’ai l’impression de passer à côté de mon congé maternité. J’ai donc pris la décision de rester encore quelques temps avec mon enfant à la maison. J’espère sincèrement qu’avec la diversification alimentaire et ensuite la position verticale que mon enfant ira mieux et qu’on aura rattrapé le temps perdu, volé par son RGO. J’ai hâte de faire une sieste apaisée au côté de mon bébé <3

  8. Merci pour cet article qui prouve que nous ne sommes pas seuls, parents de bébé RGO.
    Ici fort reflux interne, dès la naissance.
    À la maternité, il a commencé à s’ettouffer avec mon lait. Le personnel ne me croyait pas.
    Nous avons arrêté de dormir. Nous nous sommes relayés à son chevet chaque nuits pour entendre ses étouffements.
    En journée, il dormait en écharpe.
    À 15 jours, après 2 gros étouffements successifs le rendant tout blanc livide, mon mari l’emmène aux urgences pendant que je garde la grande et (essaye) de dormir qq heures.
    Les urgences écrivent noir sur blanc “parents anxieux, bébé va bien”.
    Tout ce stress me fait déchanter. J’ai 3 maladies chroniques sévères, mon retour de césarienne, l’allaitement, les nuits blanches, je craque.
    Le lendemain, j’ai déjà le petit retour de couche. Mes seins sont ultra légers, presque plus rien n’en sort. Bébé hurle, je suis perdue.
    Mon mari finit par courrir les épiceries de la ville en pleine nuit pour trouver un lait artificiel.
    On commence 1 mois de changement de lait…. Éviction des PLV, gaviscon,… Rien n’y fait.
    On arrive enfin à le filmer s’étouffer. Ma généraliste prend peur. (ah quand même, on cogite pas tant que ça !!!).
    Il hurle de plus en plus, début d’une période d’œsophagites. On enchaîne sur la bronchiolite.
    À force d’aller chez le kiné, j’apprend les massages bronchio sur le tas et j’évite les récidives.
    1ère écho, diagnostique de léger reflux. (en gros, on a rien vu, j’avais trop épaissi le lait le jour de l’examen…).
    Ma généraliste me donne enfin l’inexium.
    En 10 jours, on gagne qq heures de nuit, et un bébé souriant !
    L’Osteo, les remèdes miracles, plein de rdv en veux tu en voilà, le frein de langue (à mon sens pas, sectionné suffisamment), tout y est passé.
    Inexium, matelas incliné, lait ultra épaissi nous ont aidé. L’Osteo à soulagé les coliques, la suscion, mais peu le RGO.
    Il a aujourd’hui 16 mois, nous laisse 5 jours de nuits calmes, et rempile sur 5 nuits où il va pleurer de douleur toute la nuit : on enchaîne les otites, et les dents douloureuses mettent un temps fou à sortir.
    On tente actuellement un nouvel arrêt de l’inexium.
    Je vois 2 ORL, dont 1 homéopathe. J’aurais aimé que ça marche plus vite… Même s’il y a des changements, les antibios d’otite viennent tout casser. Le foyer infectieux est installé, les otites sont sévères. (il a même percé seul un jour de janvier)
    On va tester la chiropraxie demain…

    Oui, le RGO, c’est juste épuisant. On est au bout de sa vie.
    Les 4 premiers mois sont d’une rare violence, et on est pas trop d’être 2 parents autour de bébé. Pour cela, le confinement a été salvateur.
    Ni moi ni mon mari n’ aurions pu reprendre pendant 3 mois. Enfin si, il a repris au bout de 5 semaines… J’ai enchaîné les kiné respiratoires seule, 20min de route, sans avoir dormi.

    Notre grande nous le fait encore sentir…

    Courage à tous et toutes. Vous êtes des parents warriors.

  9. Bonjour,
    Mon fils de 5 ans a été sous inexium très vite. Me voilà dans le même problème avec mon bébé d’un mois et 1 semaine… Le gaviscon ne semble pas le calmer et le lait épaissi le constipe…
    Bref je vis des jours difficiles et j’attends encore une semaine pour tester l’efficacité du gaviscon avant de passer à linexium.
    Je vais tester la vitamine d pediakid.
    Je pleurais en lisant tous ces commentaires où je reconnais tellement ma situation… c’est très dur pour nous mais ça l’est encore plus pour eux…

  10. Bonjour,
    Je viens de vous lire..
    Bb n°3 de 7 mois. Je ne sais pas si RGo mais c’est un bb qui régurgite svt et même proche de la prochaine têtée.. C’est un bb qui a énormément du mal à s’endormir même dans les bras, il est presque endormi et d’un coup d’un seul se réveil et c’est foutu.. C’est comme l’impression que quelque chose le dérange.
    Pensezvous que cela pourrait venir de ses remontées ?
    Des idées pour l’aider ?
    Je vous remercie.

  11. Bonsoir ou bonjour plutôt à cette heure ci plutôt bonjour finalement…. Ce n’est pas mon habitude de laisser des commentaires à des articles ou site ou autre que je lis sur le net .mais là j’ai envie , envie de vous dire merci car je me retrouve dans tous ce je viens de lire et p…. que ça fait du bien de voir la vérité et voir que je ne suis pas seule à devoir apprendre ,trouver moultes astuces pour soulager ma chouquette de ce foutu rgo . Il est 05h 45 encore une nuit entre coupé de réveils, de tétées nourricière et de tétées réconfort et soulagement. Pas trop de pleur cette nuit c’est déjà ça , alors mon coeur de maman ne souffre pas. Par contre bébé koala poser sur maman matelas , maman dodo mais au moins elle, elle dort paisiblement et ça vaut le coup de pas dormir pour moi si elle, elle peut le faire sans se fichu monstre de rgo pour nous embêter. J’ai adoré vous lire et pourtant j’y passe des heures et des heures à lire et rechercher sur le net la moindre info ou aide par apport aux reflux et cette nuit je toombe sur votre article et il m’a fait sourire, m’a réconforté et je fini de le lire en me disant aller c’est un mauvais moment à passer ça ira mieux et je ne suis finalement pas la seule à avoir pleurer d’impuissance et de fatigue en même temps que ma fille, durant ces longues marches à bout de bras.

  12. Oui nous ne sommes pas seul(e)s. Oui vous faites de votre mieux. Aucun doute là dessus. Tenez bon ! Cette sa******* de RGO sera bientôt derrière vous ! Sachez que si vous avez besoin de plus d’écoute et de soutien il y a la formidable association mamans blues. Plein de forces et courage !

  13. Bonjour à tout(e)s
    Ca fait tellement de bien de trouver des personnes qui vivent la même chose que vous.

    Ma fille a aujourd’hui 3mois et demi. Elle avait 3 semaines lorsque le RGO s’est invité à la maison. Cela a commencé par des régurgitations de lait caillé à distance des biberons parfois 2h30 après. Notre bébé sentait le vomis constamment…
    Cela a rapidement dégénèré : notre bébé calme et apaisé s’est mise à pleurer à longueur de journée. Impossible de la coucher sur le dos sans qu’elle ne pleure ou ne vomisse. Les nuits sont devenues infernales, elle ne dormait que dans nos bras à la verticale. La journée en écharpe constamment où emmallotee sur le ventre sous surveillance constante : impossible de faire quoi que ce soit en même temps et donc impossible de se reposer et dormir pendant sa sieste. Les biberons qu’elle prenait par ailleurs très bien sont devenus des angoisses elle les prenait en hurlant. Elle pleurait pour teter car elle avait faim et recrachait la tétine presque aussitot et se cambrait en jetant sa tête en arrière…
    Notre petite est prématurée et née avec un petit poids de 2.2kg. Sa prise de poids était donc importante mais le RGO et les régurgitations n’aidaient pas. Elle passait également ses journées à machouiller comme si elle avait du chewing gum, la langue sortie constamment, rots compliqués… le tout couplé à des colliques pendant la journée…
    Je sombrais sans m’en rendre compte dans la dépression post partum
    Rapidement nous commençons à lui donner du gaviscon et apaissir son lait pour prématuré avec du magicmix. Le gaviscon apaise la prise de biberon mais les hurlements continuent entre chaque prise et elle ne parvient toujours pas à dormir ou être couchée sur le dos.
    Nous mettons en place les mesures de base :faire des pauses pendant les biberons, faire faire plusieurs rots, incliner le matelas côté tête, la porter le plus possible la journée, la garder verticale une demi heure après les boires avant de la coucher.
    Puis l’inexium à permis de reelement l’apaiser. Nous avons commencer par 5mg/jour. Le médicament a mis une bonne dizaine de jour à réellement faire effet. Puis du jour au lendemain elle s’est mise à faire des siestes la journée couchée sur le dos, à dormir entre ses biberons la nuit, puis à faire des nuits complètes de 22h à 7h un peu avant ses 3 mois.
    Pendant 3 semaines le rêve ! Un bébé apaisé souriant qui mange bien et qui prend bien du poids. Au bout d’un mois et demi, e remuf est toujours présent mais les régurgitations ont beaucoup diminuées, bébé a pris du poids et la quantité d’inexium ne suffit plus : elle recommence à hurler pendant les prises de biberon, refuse de manger et pleurs des que la tétine touche ses lèvres…
    Nous doublons donc la dose dinexium (nous passons de la dose mini de 1mg/kg à la dose max à savoir 2mg/kg) sous les conseils de notre pédiatre tout en poursuivant gaviscon avant chaque bib + magicmix et bébé recommence à manger au bout de 2 jours. Néanmoins l’inexium lui donne des gaz et elle a beaucoup de mal à évacuer ses selles et reste parfois jusqu’à 3 jours sans y parvenir.
    Nous y allons à taton jour après jour, en espérant que la diversification alimentaire puisse l’apaiser et limiter son reflux.

    Notre entourage ne comprend pas pour la plupart notre combat quotidien. Chaque jour ou elle ne souffre pas est une victoire. Le couple est mis à rude épreuve ainsi que notre estime de nous même face à notre capacité à être parents. Tout comme la culpabilité de donner un traitement à un bébé si petit qui peut causer des effets secondaires sur le long terme…

    Bon courage à tous et c’est important de se souvenir que l’on est pas seuls, que bébé ne s’en souviendra pas, que l’on fait de notre mieux et que bébé le sait : personne n’est meilleur que vous pour votre enfant !!!

Laisse un commentaire!