recit du vendredi

Après avoir essayé de vous parler de ces bébés nés trop tôt (voir mon article ICI ), je laisse maintenant la parole à des mamans, lors de mes “récits du vendredi”, où elles sont libres d’écrire ce qu’elles souhaitent.

Contrairement à la semaine dernière, ce récit sera plus noir. Mais, c’est aussi ça, la prématurité. Place à Emmanuelle.

“Mon cher Ange,

4 ans que tu es parti rejoindre les anges et aujourd’hui, grâce à la générosité de Valérie, je vais t’expliquer ce qu’il s’est passé et partager ma douleur avec d’autres femmes qui ont vécu certainement pire que nous……

Nous ne pourrons jamais connaître les raisons de ta naissance prématurée et ton départ dans de si grosses souffrances.

Je me souviens encore de cette nuit où tout à commencé : de violentes douleurs au ventre, des saignements, puis la peur ; La peur de te perdre si tôt, 3 mois……. Je me souviens aussi de l’attente aux urgences, où nous n’étions pas prioritaires car pour eux tu n’était qu’un fœtus alors que pour moi tu était déjà tellement d’amour et d’espoir ! De ce médecin qui m’annonçait que tu étais un garçon, mais qui deux minutes après me disait que de toutes façons, il n’y avait rien à faire et que je devais rentrer à la maison “Vous habitez à 45 minutes, vous êtes à côté, quand la fausse couche aura démarré, revenez”.

Malgré tout, tu t’es accroché, tu as voulu vivre et dire à ce toubib qu’il se trompait, que tu n’allait pas mourir !

Il y a eu ensuite tous ces allers-retours urgences / maison, ils nous gardaient quelques jours en soufflant et en me disant : “C’est bon maintenant, vous êtes rassurée ?” Et bien non, je ne l’étais pas, ton papa non plus d’ailleurs !

Est venu le jour de la Saint Valentin, jour pour lequel le personnel de la maternité m’a faite sortir en pensant me faire plaisir. Jour d’horreur pour moi, car la poche des eaux qui te protégeait un minimum a décidé de se fissurer……..

Retour aux urgences moins de 24 heures après notre sortie…….résultat de l’échographie : “Pas beaucoup de liquide amniotique, mais bon, on va voir, on lui laisse une chance de 48 heures, et ensuite on avisera”.

On décide de s’accrocher, de ne pas penser au pire, enfin en apparence, car au fond de moi, j’y pense à chaque seconde.

Puis un soir tout a basculé (encore plus), la poche a cédé……..j’étais hystérique ! L’écho montrait que tu n’avais plus assez de liquide pour pouvoir te développer et vivre. On m’a “proposé” de rentrer à la maison :

“Il va mourir d’ici 24 heures, quand vous aurez des contractions, revenez, on vous accouchera”

……. Sauf que je n’ai pas voulu ! Je me suis battue, j’ai envoyé les médecins balader et j’ai gagné, ils étaient obligés de nous garder toi et moi !

Tu t’es battu et accroché à la vie 15 jours de plus, les choses ont fait que tu étais très bas et que ta tête faisait bouchon, tu arrivais à produire jute assez de liquide pour survivre dans mon ventre.

Puis les contractions sont revenues……………. : “C’est trop dangereux Mademoiselle, pour vous et pour le bébé, il faut faire quelque chose, on va vous donner des anti-douleurs, de la morphine………” Là ce fut terrible, car je savais que la morphine allait déclencher l’accouchement……Les médecins me certifiaient le contraire, mais je le sentais……. Je me disais que tu t’étais tellement accroché à la vie que tu allais survivre, que tu étais viable………

Un soir, la morphine n’a plus fait effet……. Après examen, la sage femme me dit que c’est le moment………

Comment lui expliquer que je sais ce qu’il va se passer, que je n’ai pas envie d’aller en salle d’accouchement, que je ne veux surtout pas en fait ! Je n’ai pas le choix, nous sommes en souffrance toi et moi……..

Pose de la péridurale (qui ne fera pas effet car posée trop bas), attente interminable………

La sage femme revient après de longues minutes….. Dernière échographie……. Dernière fois que je t’ai vu vivant…… Le médecin arrive, je suis de nouveau hystérique, on me propose de me shooter, ils pensent que je ne vais pas tenir le choc…..Mon cœur bat vite, je n’arrive plus à respirer, je pleure…..Tellement…….

Quand je suis revenue dans la réalité, l’anesthésiste m’a posé la main sur le cœur et m’a dit : “Il sera toujours là, dans votre cœur, avec vous”.

La sage femme revient me voir, me console comme elle peut et me dit que je pourrais te voir quand je le voudrais…………. Ce fut un choc pour moi, je savais que tu n’étais plus là car ton père et moi avions refusé toute réanimation, nous ne voulions pas qu’ils s’acharnent sur ton si petit corps, qu’ils te fassent souffrir encore plus……….

Ton père arrive…..je lui explique et il part se renseigner…...non en fait non, tu n’as pas survécu, ton p’tit cœur s’est arrêté de battre, tu étais trop fatigué, tu as trop voulu lutter contre la mort, les contractions étaient trop fortes.

Le soir même ils ont voulu que je rente à la maison, j’ai encore une fois refusé, j’étais dans les vapes, je n’arrivais pas à comprendre ce qu’il s’était passé. Je suis allée apporter à la sage femme de nuit la peluche que j’avais depuis le début de la grossesse, cette peluche panda qui nous avait accompagnée durant toutes ces épreuves, cette peluche qui a été incinérée avec toi pour te protéger à jamais. Je ne voulais pas que tu sois seul.

J’ai encore honte aujourd’hui, mais au début, je ne voulais pas te voir, j’avais trop peur de ne pas y arriver, de péter les plombs. Puis le lendemain, l’envie de te dire au revoir, d’essayer de surmonter l’insurmontable pour moi. Je me suis effondrée quand je t’ai vu. Malgré toutes ces souffrances, et ta très grande prématurité (6 mois), tu étais beau, tu étais le plus beau bébé du monde pour moi !

Le calvaire a continué, nous avons pu te déclarer, mais il n’existe pas de statut pour un bébé mort en couche, pour eux, tu étais mort né…… Sur notre livret de famille, ton nom et ton prénom sont barrés d’un simple coup de stylo……Nous n’avons pu t’enterrer, car à ce terme, c’est crémation obligatoire……… Je n’étais pas considérée comme une maman avant la naissance de ton p’tit frère !

Je t’aimerais toujours mon ange, tu es avec moi en permanence, dans mon esprit et dans ma chair aussi, je me suis faite tatouer les empreintes de tes pieds sur le bras, et ton frère les caresse souvent…….

Je sais aussi que ton grand-père, qui t’as rejoint trop tôt, s’occupera bien de toi !

Adieu mon ange ! “

Empreintes

 

Je le répète. N’oubliez pas de soutenir la fondation PremUp et la Marche des Bébés en donnant ( don en partie déductible des impôts)… 

Ma page de collecte ICI.

Comme moi, donnez! Pour faire avancer les recherches, pour mieux prendre en charge les mamans et éviter à toutes de vivre ce qu’Emmanuelle à vécu. Pour donner de meilleures chances de survies aux bébé nés trop tôt…

Merci Emmanuelle pour ce texte qui m’a tellement fait pleuré et rappelé que rien ne vaut la vie de nos enfants, même s’ils nous poussent à bout, même si parfois on est au bout de rouleau, au moins, ils sont là.

allomamandodo

47 comments on ““Mon cher ange…” (Récit de préma #2)”

  1. j’ai mal au cœur…les larmes au bord des yeux..je comprend tellement.. je vous souhaite bcp de courage! tendrement a vous mamange

  2. Beaucoup d’émotion dans ce récit !! Quel courage de la part de votre petit ange qui c’est battu et de votre part pour arriver a surmonter cette épreuve!

  3. Il n y a rien à rajouter, tellement d émotion dans ton récit. Une grosse pensée pour tout les petits anges partis beaucoup trop tôt….

    • Je suis heureuse que votre bébé vive, j’espère de tout coeur qu’il est en bonne santé <3 Lilian pesait 720 grammes lors de sa naissance…..Merci beaucoup pour les condoléances

  4. Horrible… J’ai pleuré comme une mmadeleine ! Poignant témoignage… Je félicite le courage des parents de s’être battu avec leur petit garçon envers et contre tout… Maman est la seule à sentir et décider pour bébé… Intuition qui ne s’explique pas ms se vit

  5. Je n’aurais jamais les mots pour apaiser votre chagrin, votre douleur, votre souffrance… Je voulais tout de même écrire ces quelques mots pour vous faire part de mes plus sincères pensées. Votre témoignage est poignant.. C’est un bel hommage que vous rendez à votre P´tit Ange <3
    Petit point que j'aimerais soulever c'est vraiment le manque d'humanité de la part du personnel médical dans des moments comme cela. C'est horrible d'imposer un tel vocabulaire à une maman qui perd ce qu'elle a de plus précieux!! Malheureusement c'est dans de nombreux hôpitaux comme ça. J'ai vécu une fausse couche à 8SA, très tôt certe qu'un embryon mais quel manque cruel d'humanité envers mois dans ce moment là, je n'oublierais jamais. Je vous souhaite beaucoup de forces et de courage malgré les années qui passent.

    • Merci beaucoup pour tes mots réconfortants et merci de m’avoir lue !!!! Je suis absolument navrée pour votre fausse couche !!! Tu résume très bien ce que j’ai voulu faire : un hommage à mon p’tit ange…… Il est vrai que le vocabulaire médical peut être terrible !!!! Les mots mal employés, les termes pas expliqués…..Plein de courage et de force à toi aussi !!!!

  6. Coucou!

    Comme je te l’ai dis sur Facebook.. Je suis émue.. Émue de ton histoire mais aussi tellement triste pour toi et cette histoire me ramène aussi a une autre personne de mon entourage.. Ma cousine a vécu une situation assez similaire dans le sens ou elle a aussi donné la vie à son enfant et il n’a pas survécu.. Elle venait de terminer son 7eme mois de grossesse..
    Et je peux te dire que porter cet enfant, se battre pour lui et pour toi a fait de toi l’une des mamans les plus courageuses..
    Je suis contente de voir que t’as pu mener a terme une autre grossesse et connaitre les joies de la maternité 🙂
    Suis quelque peu outrée par le traitement médical que l’on t’a offert.. Comme si il était condamné a l’avance.. 🙁
    Je te fais pleins pleins de bisous..

    • Coucou, encore merci pour tes mots si gentils sur fb et ici !!! Je suis navrée de lire qu’il est arrivé une chose si terrible à ta cousine, tu lui transmettra toutes mes douces pensées……merci énormément pour la maman courageuse !!!! Cela me touche !!! Moi aussi je te fais plein de bisous

  7. Et encore un grand merci à Valérie pour avoir réunis tous nos témoignages, pour sa gentillesse et sa générosité !!!!! Merci aussi de m’avoir rassurée car j’étais sûre que ce texte serait ennuyeux, je pensais qu’il ne fallait que des récits positifs sur la prématurité…..Puis encore merci à vous toutes pour vos encouragements, votre gentillesse, vos mots !!!!! Plein de douces pensées et de bises

  8. emmanuelle juste <3 je suis aussi une mamanges et je te comprends tellement.
    Par contre puis je te demander le terme de ton loulou? car je crois quapres 22sa on peux choisir la crémation ou lenterrement cest ce que jai fais pour les miens.

    • <3 à toi aussi…..Je viens de voir le s et "les miens", tu as plusieurs anges ? J'ai accouché à 26 SA en 2009, nous n'avons pas eu le choix, c'était crémation obligatoire……

      • oh ça doit être propre a certains endroits. Ou alors quand les bébés sont mort nés.Jai pu choisir l’enterrement pour mes bébés. Oui jai eu des jumeaux. A 23sa+2.En même temps la loi à changé en 2009, peut etre étais ce avant ce changement de loi…

  9. Bonsoir, moi aussi, j’ai les larmes aux yeux. Votre texte, tellement vrai, est beau de sincérité et d émotions. Merci de nous l avoir fait partage.

  10. Emmanuelle je suis vraiment désolée pour ton ange. Merci pour nous avoir fait connaître ton histoire.
    Je comprends ta peine et la partage, mon ange est ne a 27 sa, resté 16 jours en vie. Ca fait 3 ans.

    • Je suis absolument navrée de lire ça Laura !! Je partage moi aussi ta peine qui doit être pire que la mienne vu que ton p’tit ange a survécu 6 jours ! J’imagine la peur et la douleur durant ces quelques jours de vie ! Je t’envoie tout mon soutien et tout plein de douceur !!!!

Laisse un commentaire!