Allo Maman Dodo

Le cancer du sein: Mon combat, mon espoir (Récit de maman #OctobreRose)

La semaine passée, j’ai fait un appel sur ma page Facebook, car je souhaitais diffuser sur mon blog des récits de mamans qui ont été atteintes de cancer du sein. 

 

Ma façon à moi d’aider Octobre Rose, et un joli récit, dur, mais plein d’espoir…

Le cancer du sein concerne 1 femme sur 8 !

Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont importantes.

Alors, surtout, n’hésitez pas à consulter en cas de doutes, comme l’a fait Ludivine…

Visuel_campagne_2014HD

Voici son récit…

 

 

Bonjour à toutes et à tous …

Je m’appelle Ludivine, j’ai 39 ans, un homme formidable, une magnifique & adorable petite princesse de 15 mois, et une maman extra ordinaire !!!!

Mon histoire débute le 17 décembre 2004 …

En allant me coucher, je sens une boule à mon sein droit, aie horreur malheur (ma grand-mère et ma tante ont eu un cancer du sein). Dans le secret, je consulte mon généraliste qui me fait faire mammo.

Effectivement, il y a 2 tumeurs apparemment bénignes.

Je laisse passer les fêtes de fin d’année avec toujours ça en tête et en janvier, « Bonne année » j’annonce à mon entourage que je dois me faire opérer en prévention pour retirer les 2 tumeurs.

Ma maman contrariée et moi qui n’en menais pas large non plus, phobie d’anesthésie pfff mais bon … Nous attendons la date d’opération qui est prévue le 22 février, sauf que 10 jours avant, le chirurgien me fait faire une biopsie et là, cata : Tumeurs malignes.

Le ciel s’effondre sur moi, je suis dans un brouillard complet !!! le chirurgien m’explique l’intervention, mastectomie partielle avec reconstruction lorsque les traitements seront terminés c’est-à-dire, chimio, rayons…

Admission le jour même à la clinique, l’opération s’est très bien passée, l’exérèse a été large, ganglions négatifs. Super, il n’y a plus qu’à …

1 an d’arrêt de travail, 6 cures de chimio qui m’achèvent, je suis complètement HS, je prends près de 20 kg sur l’année, bien sur je perds mes cheveux, sourcils, poils de nez (qui sont très importants) plus un poil partout, les ongles abîmés, la fatigue persistante, les nausées … enfin bref tout ce qui touche de près ou de loin aux effets secondaires, je les ai eu !!!! Puis 30 séances de radiothérapie.

J’étais effondrée car c’était l’année de mes 30 ans, je voulais être maman, comme mes amies et là, coup de massue, on me dit qu’il faut attendre 2 ans avant les produits de chimio s’évacuent de mon corps.

Le temps passe, je suis bien entourée par ma famille, mes amis, je continue ma vie normalement sauf que je suis célibataire et rencontrer un homme avec mon nouveau corps, je ne l’assumais pas du tout !!!

Les années passèrent quand en 2009, je tente ma chance sur un site de rencontres et un certain William vient me parler, on parle on parle … je ne lui cache pas que j’ai eu un cancer du sein 4 ans auparavant, on en discute mais il ne voit pas d’obstacle à ce que l’on se rencontre mais moi je partais battue d’avance sans mettre beaucoup d’espoir sur une future relation et voilà que le courant passe très bien, il accepte mon nouveau corps, chose que je n’avais toujours pas faite. Je n’avais pas fait la reconstruction mammaire, donc un sein diminué de moitié et l’autre en bonnet d.

Les années passèrent encore, nous sommes bien ensemble, achat de maison … je commence à penser « bébé » je lui en parle, il n’est pas contre, j’en parle à mon oncologue en février 2012. Pas de problème, je suis en rémission, cela fait 7 ans, youpiiiiiii

Après quelques mois d’essais sans résultat, mon oncologue me conseille une gynéco spécialisée dans la procréation médicalement assistée, je prends rdv, prise de sang, mes ovocytes sont diminués suite aux traitements et à mon âge, j’ai 37 ans, mais il y a encore des chances.

Alors on fonce …

Le 10 octobre 2012, j’apprends que je suis enceinte houuurrrraaaaaa je suis aux anges, sur un petit nuage, je n’osais plus espérer ce moment et enfin je suis exaucée !!! je croise les doigts et prie pour ne pas perdre la belle chose qui puisse m’arriver.

Ma grossesse s’est très bien déroulée. J’étais très fatiguée et un peu malade le 1er trimestre comme beaucoup de femmes puis les 6 mois suivants, parfaits. J’étais heureuse, cela se voyait, j’étais rayonnante, j’ai pris 9kg, le pied !!!

Le 25 juin 2013, naissance par césarienne de notre petite Zoé, beau bébé de 3.795 kg pour 50.5 cm. Le paradis sur terre … beaucoup d’émotions, d’amour.

Les mois se passent, je suis fatiguée car mademoiselle ne fait que des micro siestes, pas le temps de se reposer, euh comme beaucoup de mamans je crois !

Le 24 décembre 2013, 1er réveillon de Noël de mon petit cœur, tout se passe à merveille et le soir en me couchant badaboum je sens une boule à mon sein gauche, le même qu’en 2005. Me voilà paniquée, je ne dis rien à mon homme mais il m’entend pleurer et me demande ce qu’il se passe, je lui dis, il me rassure, nous irons faire les examens, ne t’inquiète pas …

Difficilement je passe mon jour de Noël où nous recevions la famille à la maison, le lendemain je pars faire une mammo, oui il y a bien des tumeurs ! Bisopsie…

Une semaine plus tard le verdict tombe « récidive de cancer du sein ».

« Putiiiiiiiinnnnnn noooooonnnnnn c’est pas possible » ai-je dis au radiologue qui m’a annoncé cette horreur. C’est bien la dernière chose au monde que je voulais entendre, je suis la plus heureuse des femmes, j’ai un bébé de 6 mois, mais qu’est ce que j’ai fais pour en arriver là !!!

Sur la semaine où l’on attendait les résultats de la biopsie, j’avais discuté avec mon homme et j’allais demander à ce que l’on me retire les glandes mammaires du sein droit par prévention version « Angélina Jolie » sauf que les examens côté droit ont annoncé la même chose, tumeurs malignes dans les 2 seins !!! en ai-je ailleurs ? l’angoisse puissance 10 000 !!!!

Pour la 2ème fois de ma vie, mon monde s’écroulait, je venais d’être maman d’une petite fille, je venais de donner la vie et on allait retirer la mienneNooooooooonn !

En 2005, je n’avais jamais pensé à la mort et là, la 1ère chose qui me venait en tête c’était que j’allais mourir, je voyais mon homme seul avec mon bébé, je ne pouvais pas les laisser.

Comment annoncer la mauvaise nouvelle à mon entourage ??? j’avais déjà tellement fait souffrir ma mère la 1ère fois, je ne voulais pas qu’elle revive ce calvaire et malheureusement… je la vois encore crier et s’effondrer quand je lui ai annoncé, les yeux rouges pleins de larmes de mon homme lorsqu’il m’a rejoint chez mon oncologue, le visage livide et les traits tirés de mon frère et ma belle sœur ; mes tantes, oncles, cousins, cousines, amies, j’ai encore une fois, sans le vouloir contrarié tout le monde que j’aimais et que j’aime toujours !!!

J’avais déjà été forte en 2005, mais cette fois je devais l’être encore plus car je n’étais plus seule, mon bébé était là, avec moi, mon homme, ma mère, mon frère, ma famille, mes amies …

J’ai donc été opérée le 27 janvier 2014, maman gardait ma Zoé à la maison, mon homme avec moi à la clinique, angoisses en attendant l’heure d’opération, dernier bisou à mon homme avant de partir au bloc, mes 6 derniers mois avec mon bébé qui défilaient en même temps que les néons des couloirs froids pour me rendre au bloc opératoire, mes larmes coulaient « qu’est ce que je faisais là merde au lieu d’être avec mon bébé à la maison ». A 21h retour dans ma chambre, l’opération s’est bien passée.

recit 1

Ablation totale bilatérale de la poitrine, pratiquement plus de ganglions. Ma mère, mon frère et mon cousin m’attendaient dans la chambre, j’étais dans le gaz mais qu’est ce que ça fait du bien d’être entourée.

Visite de mon bébé, mon homme, ma famille, à la clinique, mes copines se sont mêmes invitées pour un café surprise le dimanche après midi, on parlait on rigolait dans la chambre …

Au fil des jours, je n’ai pas voulu regarder mes cicatrices, la féminité et la séduction passent aussi par la poitrine et là comment mon homme allait réagir en me voyant comme ça ???

Mon homme m’a tout de même vu sans poitrine lors de mes visites post opératoires à la clinique, je ne voulais pas qu’il me voit j’avais peur de son regard mais finalement à chaque fois, c’est lui qui me dit d’être patiente, il ne faut pas précipiter les choses. Il préfère me voir comme ça que de ne plus être avoir lui, j’ai un homme formidable.

Sont venus ensuite les traitements, je l’avais prévenu des conséquences de la chimio, il les a accepté, il m’a accompagné à chaque rdv que ce soit chirurgien, oncologue, je ne lui ai jamais rien caché. Ce qui je pense l’a beaucoup aidé à m’accepter, mes transformations physiques involontaires, ma boule à zéro, le choix de ma perruque …

A chaque cure de chimio (6 au total de février à juin) ma maman gardait ma fille les 3 jours qui suivaient car j’étais malade et je voulais rester seule, j’étais super contente quand elles me rendaient visite quelques heures mais contente quand elles repartaient car je n’étais vraiment pas bien.

recit 2

Petite pause de 5 semaines pendant laquelle nous avons fait le baptême de notre fille, la vie continue … avant de commencer les 25 séances de radiothérapie. J’ai fait aussi 40 séances de kiné à raison de 2 fois par semaine afin de détendre un peu les tissus de la peau.

Et enfin fini depuis le 22 août !!!!!

Tout le monde me dit que je suis forte, ils sont tous fiers de moi et ne savent pas comment je fais, j’ai les encouragements, l’admiration de tout le monde, mais je crois que cette force intérieure, nous l’avons tous en nous et qu’elle se décuple lorsqu’on en a besoin, il faut toujours garder le moral même si je l’ai perdu plusieurs fois, je n’ai jamais attendu d’être au bord du précipice pour consulter mon homéopathe afin de m’aider dans ce combat mental et physique.

C’est très important d’être entouré, d’en parler, il ne faut pas avoir peur de dire les choses, je n’ai jamais rien caché.

Mes amies ne voulaient pas me parler de ma situation quand on se voyait mais une fois, j’en ai discuté, bon c’est vrai, on a toutes pleuré mais ça m’a fait du bien !!!!! Il ne faut pas toujours s’apitoyer sur son sort mais quand le « malade » a besoin d’en parler, il faut parfois juste l’écouter car ce n’est pas évident de trouver les mots face à la situation.

De mon histoire, j’ai zappé pleins de choses car je crois que je pourrai en faire un livre mais si je peux vous aider pour des conseils, des discussions, n’hésitez pas à me contacter !!!!!!

Maintenant je me repose, je profite de mon bébé, de mon homme, de ma famille et mes amies, je me mets à la zumba, un peu d’aquagym pour recommencer à m’entretenir car … il y a du boulout mdr.

Au fait, mes cheveux ont bien repoussé, tous mes poils aussi d’ailleurs lol

J’ai rdv avec mon chirurgien fin octobre afin de planifier je pense la reconstruction en 2015. Encore une nouvelle étape à franchir !!!

recit 3

J’ai fait également une prise de sang pour les tests génétiques, si je suis porteuse du fameux gêne, je serai susceptible de subir une autre opération pour me faire retirer les ovaires et utérus mais bon pfffff une chose à la fois

« Viser la lune, ça ne me fait pas peur … des sacrifices s’il le faut j’en ferai, j’en ai déjà fait mais toujours le poing levé !!!!! » telle est ma devise depuis 2005.

 

 

Merci Ludivine pour ton récit, qui montre qu’un cancer du sein peut survenir jeune, mais que malgré les embuches, les opérations, les rechutes, la vie continue, plus forte, plus belle.

Et je te souhaite plein de bonheur dans ta nouvelle vie! 

 

(Et bientôt un autre récit de maman sur ce thème)

(Et mon autre participation à Octobre Rose)

 

Site Cancer du sein

Facebook Cancer du Sein

 

palpation seins

Illustration postée sur ma page Facebook AlloMamanDodo

allomamandodo

16 comments on “Le cancer du sein: Mon combat, mon espoir (Récit de maman #OctobreRose)”

  1. Du courage de la force une envie de vivre … Vous êtes une de ces guerrières qui nous apprend que tout est possible !!!! Je vous souhaite beaucoup de bonheur à vous et votre famille

  2. Ludivine je te souhaite pleins de belles choses pour les années à venir… en laissant derrière toi cette vilaine maladie qui touche tant de personnes…
    Ton commentaire est poignant, j’en ai versé ma larme.
    Tu es très courageuse!
    Vivement la reconstruction!

  3. très beau récit une force , un courage à toutes épreuves !!
    les enfants nous donnent une force aussi , je vous souhaite a tout les 3 pleins de bonheur , d amour de joies !!

  4. Les larmes aux yeux le coeur serré merci pour ce partage <3 cette maman est juste incroyablement merveilleuse je lui souhaite de vivre encore plein plein plein de moment de tendresse avec sa puce son adorable mari et tout ceux qui on su l'entourer dans cette épreuve qu'elle a traversée avec force et courage! <3

  5. Un grand merci pour ce partage qui me touche énormément… Ma mère a eu le cancer du sein très jeune donc il est possible que je l’ai aussi.
    Récemment une collègue (de 32 ans) a subit une mastectomie aussi alors que sa mère est décédée du cancer du sein en Janvier… Vraiment dur…
    Cela m’a boosté pour prendre RDV pour une mammographie (que je devais faire depuis des années vu mes antécédents) et j’ai une petite boule mais pas de tumeur… A surveiller… (J’ai 31 ans)
    Je te souhaite une très longue vie en meilleure santé avec ta petite famille! Hug!

  6. Merci pour ce témoignage, très émouvant.
    1/8… c’est tellement énorme… il faut réellement que chaque femme se surveille régulièrement et visite son gynéco 1 fois par an (parce qu’il n’y a malheureusement pas que le cancer du sein)

    Merci Ludivine et belle vie à toi et ta famille… profites de chaque moment comme tu sais sans doute le faire !

  7. Pfff quel courage !! J’ai pleuré en lisant votre récit, le subir une fois est déjà une épreuve mais alors une 2° fois ……….
    Au fur et à mesure de la lecture je repensais à ma maman il y a 10 ans, elle a vécu le même combat, les symptômes l’épuisement…………et j’espère que nous avons su l’entourer autant qu’elle en avait besoin.
    Je vous souhaite une belle vie entouré de votre jolie famille.

  8. Merci à toutes pour vos témoignages de sympathie, d’encouragement !!!!
    Il ne faut pas attendre d’avoir 50 ans pour se faire surveiller … les examens font peur c’est vrai, mais mieux vaut prévenir que guérir !!
    Encore merci pour vos commentaires, ils me boostent encore ++++
    Ludivine

Laisse un commentaire!

%d blogueurs aiment cette page :